Paroles, paroles | Corps, accord

dialogue mouvementé et improvisé entre un clarinettiste et une danseuse
inspiré de façon aléatoire par Le Corps Pensant de Mabel E.Todd

DANSE : Anlor Gueudret | CLARINETTE : Federico Venturi | PHOTO : Lisa Boniface

Sans contrainte autre que celle d'un mot tiré au hasard des pages, Federico Venturi et Anlor|madame bleu improvisent autour des paroles de Mabel E.Todd.

Dans une tentative de trouver un accord commun, les deux artistes font vibrer le livre avec l'instrument et leurs propres cartographies

Dans un hall de gare ou dans votre salon, entre intimité et partage, ce duo s'improvise en toute circonstance et en tout lieu.
Informels mais précis, détendus mais exigeants, mi-architectes, mi-anatomistes,
Federico et Anlor vous invite à leurs échanges musicaux et chorégraphiques,
parfois teintés d'un peu de philosophie de boudoir...et dont la durée dépend de leur inspiration !

Ecrit en 1937 par une femme visionnaire, Le Corps Pensant a influencé l'évolution de la danse et des pratiques somatiques : aujourd'hui encore cela reste un ouvrage incontournable pour toute personne désireuse de nourrir le dialogue entre corps et imagination.

Le dialogue improvisé entre Anlor et Federico a commencé en février 2020. Depuis leur rencontre, ils n'ont cessé d'expérimenter et d'approfondir cette forme hasardeuse et néanmoins fine de duo (notamment pendant le confinement - malgré lui et la distance qui sépare les deux artistes, elle habitant en Ardèche et lui à Paris). Devant un public lorsqu'ils sont ensemble ou chacun chez soi par téléphone ; dans un salon, dans la nature ou dans l'espace public, les deux improvisateurs ont appris à s'apprivoiser, à s'accorder et à affiner leur habilité à dialoguer ensemble et avec l'oeuvre de Mabel Todd.

Avant chaque improvisation, Anlor transmet au musicien ce que le mot tiré au sort évoque pour elle en terme d'analyse et d'anatomie du mouvement, afin de créer un accord commun. C'est aussi pour le spectateur un temps partagé de transmission où il s'initie à quelques fondamentaux de l'anatomie appliquée à la danse - une recherche qui fait partie intégrante du travail chorégraphique d'Anlor Gueudret.
Après la performance, ils partagent ce qu'ils ont traversé, les appuis qu'ils ont explorés pour se mettre en mouvement (ou en musique), le fil qu'ils ont suivi ou perdu, l'écriture en temps réel qui s'est tracée en eux et entre eux, leurs moments de doute, leurs instants d'écoute.

Pendant 10 à 20mn, il s'agit en effet d'être à l'écoute de soi et de l'autre, dans une accordanse entre le corps et l'instrument, la danse et la musique, en lien avec la cartographie anatomique proposé par les mots du Corps Pensant : comment ces derniers génèrent un geste dansé ou musical improvisé ?
Comment l'imaginaire (la visualisation) somatique suscité par les écrits de Mabel Todd influence, même de façon hasardeuse, le mouvement ou le jeu musical, et favorise un dialogue intérieur/extérieur et entre les deux partenaires ?

Le protocole suivi par les deux artistes, qui inclut un dialogue ouvert en amont et après chaque improvisation, invite à une déconstruction intime du geste improvisé : le spectateur-témoin partage avec eux chaque étape, risquée et fragile, de leur composition instantanée. De façon informelle et conviviale, les artistes transmettent au public leur outils imaginaires, qu'ils soient anatomiques, poétique ou musical.